TEMPETE 54° NORD - CIE KASTOR AGILE - 2008

Tempête à 54°Nord / Shakespeare / Gilles Pastor / Kastoragile

 ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux  ©Thierry Chassepoux

Derek Jarman, cinéaste anglais, véritable sorcier blanc, mort du sida en 1994, s’est battu à Dungeness (Kent, UK / 54°Nord) contre les vents marins pour faire pousser un jardin à l’heure où son corps s’étiolait.
« Par un hasard étrange, la Fortune m’a jeté dans ce jardin, près d’une centrale nucléaire qui scintille la nuit comme un paquebot. »
Les frontières vacillent et les films de Jarman croisent les créatures de Shakespeare.
Le désert du Kent à la latitude 54°Nord est l’île de Prospéro.
Mercredi 9 août 2006, je me rends au Cap de Dungeness. Dans le train je me demande si je ne vais pas réveiller le mort ou si je veux réveiller le mort. Pendant dix jours, je vis à Prospect Cottage, le cottage de pêcheur de Derek Jarman. On peut traduire Prospect Cottage par Bellevue. J’ai dormi dans le lit du cinéaste Derek Jarman, j’ai dormi dans le lit d’un mort.
Prospect Cottage m’a perturbé. Est-ce la proximité de la centrale ? Ou les radiations de Derek Jarman ?
Le désert du Kent s’est emparé de moi. Je me suis approché de la bâtisse laquée noir aux fenêtres jaune canari.
Je suis seul dans le temple de mon idole. J’ai la nausée.

Gilles Pastor

Distribution

Écriture de spectacle et mise en scène : Gilles Pastor
D’après La Tempête de William Shakespeare
et des images de The Last of England (1987) et The Garden (1990),
films de Derek Jarman
Jeu : Jean-Philippe Salério et Gilles Pastor
Et le Choeur des Margaret Thatcher :
Franck Andronico, Irène Bonnet Gonnet, Isalyne Cassant, Jean Damentko, Bruno Darmon, Célia Dufournet, Claire Fontanille, Robert Jessel, Marie-Danielle Mancini, Denis Marx et Julie Nicol
Scénographie : Pierre David
Collaboration artistique : Catherine Bouchetal
Vidéo : Vincent Boujon
Lumière : Yoann Tivoli
Son : Emmanuel Sauldubois et Gilles Pastor
Costumes : Irène Bernaud
Maquillage : Françoise Chaumayrac
Régie générale : Emmanuel Sauldubois
Régie vidéo : Thalie Lurault