ELECTRE SE REVEILLE - CIE LES TROIS-HUIT - 2011

Electre se Reveille / Ximena Escalante / Sylvie Mongin-Algan / Les Trois-Huit

POLYPTYQUE ESCALANTE #2

 ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin

« - Toi tu ne me plais pas
– Je suis ta mère ce n’est pas une question de goût c’est comme ça
– Je veux t’échanger contre une autre
– Tu ne peux pas
– Je peux si je te tue…
– C’est ce que disent tous les enfants à leur mère au moins une fois dans leur vie… »
Electre se réveille, X.E.

Ici comme chez les Atrides, Oreste et Electre, le frère et la soeur, unissent leurs forces pour tuer la mère.
Mais ici, Iphigénie n’a pas été sacrifiée par son père, elle écoute derrière les portes et vole les bagues et le nouveau mari de sa maman.
Ici
Pylade apporte ceci dont le frère et la soeur rêvent. Ceci qui leur ôte la peur, ceci qui révèle la vérité, ceci qui est leur drogue.
Ici
dans la maison d’une famille de ce monde, le jour où tout a commencé.
Ici
où le jour ne se termine jamais après la tragédie.
Sylvie Mongin-Algan

Distribution

Texte : Ximena Escalante
Traduction : Aurélie Dupire, éd. « Le Miroir qui fume »
Mise en Scène : Sylvie Mongin-Algan
Assistant à la mise en scène : Sébastien Valignat
Jeu : Marion Aeschlimann, Electre / Alizée Bingöllü, Iphygénie / Anne de Boissy, Mère, Fantôme de Mère / Etienne Gaudillère, Oreste / Marion Lechevallier, l’Amie, l’Obsédée / François Leviste, Beau-père / Arthur Vandepoel, Pylade
Scénographie : Carmen Mariscal
Lumière : Yoann Tivoli
Son : Clément Vercelletto
Costumes : Clara Ognibene