LAMBEAUX - CIE LES TROIS-HUIT - 2005

Lambeaux / Charles Juliet / Sylvie Mongin-Algan / Les Trois-Huit

 ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Lorenzo Papace  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli

« Un jour, il te vient le désir d’entreprendre un récit où tu parlerais de tes deux mères
L’esseulée et la vaillante
L’étouffée et la valeureuse
La jetée-dans-la-fosse et la toute-donnée
Leurs destins ne se sont jamais croisés, mais l’une par le vide créé, l’autre par son inlassable présence, elles n’ont cessé de t’entourer, te protéger, te tenir dans l’orbe de leur douce lumière.
Dire ce que tu leur dois. Entretenir leur mémoire. Leur exprimer ton amour. Montrer tout ce qui d’elles est passé en toi.
Ce récit aura pour titre Lambeaux. Tu as la vague idée qu’en l’écrivant, tu les tireras de la tombe. Leur donneras la parole. Formuleras ce qu’elles ont toujours tu. »
Charles Juliet

« La voix fissure le silence, le visage irradie les ténèbres. Par la force du tutoiement, par la force du présent – ce temps éternel du théâtre – l’actrice peu à peu se glisse dans Celle qu’elle évoque, elle s’incorpore à Celle qu’elle invoque, elle est la voix narrative et la voix intérieure. Seule et double. Fragmentée par la lumière et démultipliée par les ombres. Tension aiguë d’une syrinx et répétition harassante des cuivres. La vivante devient celle qui fut. Dite. Recréée. Ressuscitée, le temps du spectacle, avant de retrouver les ténèbres, le silence, l’éternelle nuit des morts. »
Sylvie Mongin-Algan

Distribution

Texte : Charles Juliet, éditions POL
Jeu : Anne de Boissy
Scénographie : Céline Bertrand
Lumière : Yoann Tivoli
Son : Jean-Luc Simon
Costumes : Simone Piot