L’IMMOBILE " KOMPLEX KAPHARNAUM - 2017

L’immobile - Stéphane Bonnard - KompleX KapharnaüM

 ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli  ©Yoann Tivoli

L’Immobile est un conte urbain musical. Une installation lumineuse pour un auteur et un musicien. Une pièce à la croisée de la performance, de la poésie sonore et de la réalisation radiophonique.

Par le fil d’une écriture imprégnée de l’énergie de la ville, Stéphane Bonnard nous fait pénétrer au cœur de ce rythme, dans les méandres d’une pensée envahie par le vacarme du monde. Peu à peu, sonorités bruitistes et mots se croisent puis s’entraînent dans un mouvement permanent. Mêlant alternances lumineuses et distorsions sonores, l’environnement trouble, telle une variation hypnotique, nos ressentis, nos sensations. Conte urbain et musical, L ‘immobile est une invitation à traverser le flux, une exhortation à se rendre maître de son temps pour enfin repenser le monde.

Distribution

Auteur et interprète : Stéphane Bonnard
Compositeur et interprète : Marc-Antoine Granier
Collaboration artistique : Alexandre Plank
Scénographie et création lumières : Yoann Tivoli
Régisseuse son : Orane Duclos
Chorégraphe : Géraldine Berger
Styliste : Mö de Lanfé

Presse

« Voici une logorrhée poétique soigneusement mise en scène, en lumières et en son.

Stéphane Bonnard signe ce monologue découpé en petites séquences rythmées par des jeux de lumière d’une extrême précision et d’une étrange beauté créés par Yoann Tivoli. Ce travail des lumières mérite qu’on s’y attarde

... Ici, en microcosme, l’habile artiste réussit le même tour de force avec le décor (de simples étais d’acier sur le plateau nu, comme des tours, ou des cloisons, ou des angles de rues) ou avec le personnage.

... De nouveau, Yoann Tivoli fabrique tout un langage parallèle à celui de l’auteur. Ce dernier apparaît en ombre chinoise, puis en pleine lumière, puis en homme-tronc, tout le reste de son corps et son environnement plongés dans le noir. »

Par Trina Mounier - Les Trois Coups- 10 février 2017