MOI AUSSI JE VEUX UN PROPHETE - CIE LES TROIS-HUIT - 2011

Moi aussi je veux un Prophete / Ximena Escalante / Sylvie Mongin-Algan / Les Trois-Huit

POLYPTYQUE ESCALANTE #1

 ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin  ©Suzanne Guillemin

« Tu n’as plus de mains pour me toucher. Ils ont souillé ta blancheur. Prophète, ne t’inquiète pas. Toi et moi on n’a pas besoin de mains ni de langue. Ni de corps. Ni de rien. On se voit et l’on se sent comme ça. Ouvre bien les yeux et regarde-moi, regarde-moi encore. C’est ça. Comme ça. Je sens combien tes yeux me remplissent, comme ils pénètrent au fond de moi… Je te sens complètement Prophète. » Moi aussi je veux un Prophète, X.E.

Ici comme dans les Evangiles, un prophète vient troubler la passivité du royaume, et il faut le faire taire.
Ici comme chez Oscar Wilde, son corps emprisonné devient le champ de bataille du désir des puissants.
Ici les bourreaux pleurent, les reines dialoguent avec leur ombre, les rois philosophent.
Ici les prophètes et les princesses voluptueuses n’ont plus besoin de rien, pas même de corps pour s’aimer.
Ici le temps repousse la venue de l’aube et l’irréparable finit par se produire.

Distribution

Texte : Ximena Escalante
Traduction : Philippe Eustachon, éd. « Le Miroir qui fume »
Mise en Scène : Sylvie Mongin-Algan
Assistant à la mise en scène : Sébastien Valignat
Jeu : Marion Aeschlimann : Amie / Vincent Bady : Herode / Alizée Bingöllü : Salomé / Anne de Boissy : Herodias / Elodie Grumelart : Sorcière, Ombre / Abdelslam Laroussi Rouibate : Bourreau / Elsa Rocher : Maîtresse / Florian Santos : Prophète / Arthur Vandepoel : Peintre
Scénographie : Carlos Torres
Lumière : Yoann Tivoli
Son : Marie Nachury et Clément Vercelletto
Costumes : Clara Ognibene