OYSTER - BALLET DU CAPITOLE TOULOUSE - 2013

 ©David Herrero  ©David Herrero  ©David Herrero  ©David Herrero  ©David Herrero  ©David Herrero  ©David Herrero  ©David Herrero  ©David Herrero  ©David Herrero  ©David Herrero  ©David Herrero  ©David Herrero  ©David Herrero  ©David Herrero

Puisant dans la danse, le mime, le cirque, le spectacle de marionnettes et le théâtre, les chorégraphes israéliens Inbal Pinto et Avshalom Pollak ont conçu Oyster. Du surréalisme poétique d’un Fellini à la théâtralité muette de Charlie Chaplin, Oyster est un conte captivant et jubilatoire.

Le titre de ce ballet signifie en anglais « huître », car cette revue dansée, totalement inclassable, tire son titre d’un conte de Tim Burton, La Triste Fin du petit enfant huître. La référence au cinéaste et écrivain américain va cependant plus loin encore. En effet, certains personnages du ballet Oyster ne sont pas sans rappeler ceux de l’univers de Burton. On y croise cependant aussi des créatures monstrueuses à la Fellini, voire des personnages issus des films muets de Charlie Chaplin. Au gré de ces divers clins d’oeil, le spectacle s’attache à mêler dans la plus grande originalité la danse classique, la danse contemporaine, les arts du cirque, le mime et le théâtre, dans une atmosphère de poésie, d’humour et de surréalisme. La virtuosité exigée des danseurs, la rencontre particulièrement riche et féconde des costumes, de la scénographie et des musiques, font d’Oyster une œuvre enjouée et fascinante.

Distribution

Chorégraphie, décors, costumes : Inbal Pinto et Avshalom Pollak
Lumières : Yoann Tivoli
Musique : Glen Gray, Huun-Huur-Tu (chant diphonique touva), Harry James, Ruggiero Leoncavallo, Limon Limonero, Werner Muller et son orchestre, Mario Pezzotta et ses solistes, Astor Piazzolla et Yma Sumac
Danseurs : Ballet du Capitole